Recherche avancée

Managua > La coopération au Salvador >

La coopération au Salvador

Les relations entre le Luxembourg et le Salvador se sont considérablement développées ces dernières décennies, notamment par le biais de la coopération au développement.     

Historique

Les relations de coopération entre les gouvernements du Grand-Duché de Luxembourg et de la République du Salvador ont débuté en 1993, dans le cadre des efforts de reconstruction du pays après la guerre civile. L’Accord général de Coopération signé en 2002 ouvre la voie à la mise en œuvre de programmes pluriannuels. En février 2008, le Bureau de la Coopération luxembourgeoise à Managua, qui couvre aussi le Salvador, acquiert le statut d’Ambassade.

Le premier Programme indicatif de Coopération ( PIC 2003-2006 ) définissait la lutte contre la pauvreté et le renforcement de la démocratie au Salvador comme principaux objectifs des relations de coopération.

En vue de la bonne performance macroéconomique du Salvador dans les années précédant la crise économique mondiale, un programme de consolidation ( PIC 2007-2010 ) s’est substitué au premier PIC, afin de préparer le retrait à moyen terme de la Coopération luxembourgeoise, tout en maintenant les activités de lutte contre la pauvreté jusqu’en 2010.

En mai 2010, le Luxembourg et le Salvador ont décidé de prolonger le programme de consolidation jusqu’en décembre 2011. En raison de la mauvaise conjoncture internationale, un troisième PIC (2012-2015)  a finalement été signé en 2011, avec des interventions ciblant la réduction de l’extrême pauvreté, le bien-être et l’équité sociale.

La mise en œuvre d’un nouveau modèle de coopération

Vu le progrès économique et social du Salvador depuis les années 1990, un nouveau modèle de coopération a été mise en place ces dernières années. De « pays partenaire», le Salvador est devenu « pays à projets » de la coopération luxembourgeoise.

Alors que jusque-là la Coopération bilatérale luxembourgeoise était mise en œuvre dans une large mesure par l’Agence LuxDev, le Gouvernement salvadorien exécute dorénavant lui-même les projets financés par le Luxembourg. Le rôle de l’agent de LuxDev sur place au Salvador se limite à un simple suivi et accompagnement.

L’Accord général de Coopération de 2002 a été révisé afin de mieux refléter les nouvelles modalités de coopération entre le Luxembourg et le Salvador.

Si le nouveau modèle de coopération annonce une stratégie de sortie progressive, il est aussi particulièrement adapté à un pays à revenu médian qui prescrit pleinement aux principes internationaux de l’efficacité de l’aide. Le modèle permet ainsi la mise en œuvre de projets innovateurs et de haute qualité. 

Les projets phares actuels

Le Luxembourg reste engagé aux côtés des communautés les plus vulnérables, en coopération étroite avec les autorités salvadoriennes.

Proyecto Cooperacion sursur

-Appui à la politique sociale du Gouvernement de El Salvador, via une contribution au Fonds Commun d’Appui Programmatique (FOCAP) à hauteur de 6 millions d’euros (2016-2020).

-Appui à la société civile via le Fonds d’appel à candidatures (« Fondo Concursable ») géré par le gouvernement salvadorien à hauteur de 4,1 millions d’euros (2016-2021). Le Luxembourg soutient ainsi l’approche du gouvernement salvadorien qui reconnaît les ONG comme des partenaires stratégiques du développement et de mise en œuvre des politiques publiques.

-Coopération Sud-Sud et triangulaire:  Le Luxembourg appuie ce modèle de coopération avec un apport de 1,2 millions d’euros (2016-2020) par la réalisation de projets où le Salvador agit soit comme bénéficiaire soit comme pourvoyeur d’aide et d’expertise à d’autres pays latino-américains. ( brochure Sud-Sud en espagnol ).

Ces trois projets bilatéraux bénéficient d’un accompagnement et d’assistances techniques ponctuelles, à travers le projet SVD/024 de LuxDev (1,4 millions d’euros, 2016-2021).

Le Luxembourg est également actif dans le domaine de la transparence fiscale et de la lutte contre la corruption à travers notre partenaire de longue date FUNDE (400.000 euros pour 2019-2021) et appuie la Commission contre l’Impunité CICIES de l’OEA (400.000 euros, 2020-2022). Pour plus d’informations .

L’ATTF/House of Training (HoT) poursuit en 2019-2021 la formation de professionnels du secteur financier, notamment sur les thèmes de la gestion des risques. Le Luxemburg contribue également avec 250.000 EUR à une revue multidimensionnelle de pays de l’OCDE. Enfin, plusieurs ONG luxembourgeoises sont actives au Salvador et l’Ambassade soutient un certain nombre de microprojets. 

Photo 3 Fondo concursable El Salvador